Mâyâ

Mâyâ, a plusieurs sens dans les religions indiennes. Mâyâ est la déité principale qui crée, perpétue et régit l'illusion de la dualité dans l'univers phénoménal.



Catégories :

Concept bouddhique - Hindouisme - Sikhisme - Philosophie indienne - Terme sanskrit

Recherche sur Google Images :


Source image : afjv.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La Mâyâ est le plus fréquemment reconnue moins comme l'origine de toute erreur «La... Mâyâ a pris ensuite le sens d'illusion, le monde étant par lui-même... C'est par l'artifice de Mâyâ que la réalité, inconditionnée et dénuée de ... (source : clubchretien.free)

Mâyâ (Sanskrit ????), a plusieurs sens dans les religions indiennes. Mâyâ est la déité principale qui crée, perpétue et régit l'illusion de la dualité dans l'univers phénoménal. Pour les mystiques indiens, cette manifestation est réelle, mais c'est une réalité insaisissable. Ce serait une erreur, mais une erreur naturelle, de la considérer comme une vérité ou une réalité principale. Chaque personne, chaque objet physique, du point de vue de l'éternité, n'est qu'une goutte d'eau d'un océan sans limites. L'objectif de l'éveil spirituel est de le comprendre, plus exactement de faire l'expérience de la fausse dichotomie entre soi et l'univers.

Dans l'hindouisme

Mâyâ a les sens suivants dans l'hindouisme : "1) faculté de mesurer, géométrie ; 2) sagesse éternelle, éternel pouvoir du Brahman (chez Shri Aurobindo)  ; 3) puissance cosmique grâce à laquelle l'univers se manifeste et s'organise ; 4) Illusion cosmique qui conduit l'homme à prendre le phénomène pour le noumène ; 5) puissance d'illusion du Seigneur ; 6) Prakriti inférieure (selon shrî Aurobindo)  ; la Nature (selon Râmana Maharshi)  ; le monde (selon shrî Râmakrishna)  ; 7) pouvoir mystérieux par lequel un Dieu manifeste sa souveraineté ; 8) la Mère divine (selon shrî Aurobindo)  ; 9) puissance d'illusion (selon swâmî Ramdas)  ; 10) apparence ; 11) magie". [1]

Plus positivement que l'usage ne nous le laisse supposer, Mâyâ veut dire magie, par conséquent tout autant tromperie que créativité. Dérivés :

Dans la philosophie spéculative védique, la Mâyâ est l'illusion d'un monde physique que notre conscience considère comme la réalité. De nombreuses philosophies ou recherches spirituelles cherchent à «percer le voile» afin d'apercevoir la vérité transcendante, d'où s'écoule l'illusion d'une réalité physique. Voyez aussi l'Advaïta-Védânta (2.3)

Dans l'hindouisme, on pense que la mâyâ fait partie des trois liens qui doivent être dénoués pour réaliser la moksha (libération du cycle des réincarnations ou saṃsāra), les deux autres étant l'ahamkara, l'ego ou conscience de soi, et le karma, la «loi des actes». Le concept de mâyâ est central dans le Védânta où il sert à désigner l'illusion cosmique, le pouvoir de création qui génère le monde manifesté sous la forme d'un voile d'ignorance qui se surimpose à l'Absolu, Brahman.

Cependant si la mâyâ sert à désigner le plus fréquemment une illusion cosmique, certaines écoles l'interprètent différemment, d'une façon réaliste. Pour le Shivaïsme du Cachemire, maya est idéalement réelle, elle est la manifestation d'un pouvoir divin, une force de connaissance et non un voile d'ignorance. Shri Aurobindo a fait remarquer que dans les anciennes upanishads, maya n'est nullement illusoire. Pour lui, l'ancien védanta est réaliste. Il considère l'illusionnisme comme une évolution tardive. Pour le védanta réaliste, mâyâ est la force qui suscite la multiplicité. Mais la multiplicité est idéalement réelle. C'est l'opposition entre la multiplicité des objets sensibles et la simplicité supposée du Brahman qui a probablement conduit certains penseurs à accuser d'illusion le monde perçu.

Dans le bouddhisme

Le concept de mâyâ devient négatif dans le bouddhisme mahâyâna, qui sert à désigner mâyâ comme l'absence de nature propre des phénomènes, la vacuité :

Les ignorants ne comprennent pas que toutes choses sont de la nature de mâyâ, comme le reflet de la lune dans l'eau, qu'il n'existe pas de substance du soi qu'on puisse imaginer comme une âme pourvue d'une existence propre. (Sūtra Lankavatara)

De la même façon, dans le Dzogchen, la réalité perçue est reconnue comme irréelle :

Le vrai ciel sait que samsara et nirvana sont le déploiement d'une pure illusion. (Mipham Jamyang Gyatso[2], Quintessential Instructions of Mind, p. 117)

Le bouddhisme originel évite les affirmations tranchées sur la réalité, à part les trois caractéristiques. Ainsi le concept de mâyâ n'apparaît pas dans l'école Théravada. Pour elle , le monde phénoménal n'est que le produit de facteurs transitoires et interdépendants :

Le monde existe à cause des actions causales. Toutes choses sont produites par les actions causales, l'ensemble des êtres sont régis et conditionnés par les actions causales, tout comme la roue du chariot en mouvement, fixée à l'essieu par la cheville. (Sutta-Nipata, 654)

Ne pas confondre avec Mâyâ, qui est le nom de la mère du Bouddha historique.

Dans le sikhisme

Dans le sikhisme, la mâyâ - le monde tel qu'on le perçoit normalement - n'est pas plus tangible qu'un rêve. Comme l'affirme le Gurû Granth Sâhib, le livre saint du sikhisme le monde est comme un rêve, et il n'y a rien en lui qui est à vous. La mâyâ est une tentative de réponse à certaines questions existentielles telles que : quand nous nous réveillons le matin d'un rêve si prégnant qu'il nous paraissait réel, quelle certitude avons-nous de n'être pas entré dans un autre rêve ? Comment peut-on envisager que ce que nous appelons «moi» corresponde uniquement à l'existence provisoire d'une vie enjambant trois-quarts d'un siècle ?

Autres philosophies

On trouve des réflexions identiques (sans en nier les différences) dans la philosophie chinoise (Cf. Tao, Zhuang Zi) et dans la philosophie occidentale. On citera l'allégorie de la caverne de Platon. De même, les gnostiques de l'Antiquité concevaient un Univers illusoire et négatif, créé par un démiurge démoniaque, duquel il fallait s'extraire. Puis Descartes (cf. Méditations Métaphysiques) trouve une solution à l'aporie à laquelle le menait le doute concernant la réalité de ce que ses sens lui montrent du monde par le célèbre cogito. Enfin, Arthur Schopenhauer, tandis que les textes indiens commençaient à être connus en Occident, reprend le terme de "voile de Mâyâ" pour décrire sa conception du monde comme volonté et représentation.

Notes et références

  1. Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 67.
  2. Chögyal Namkhai Norbu Dream Yoga and the Practice of Natural Light. Edited and introduced by Michæl Katz, Snow Lion Publications, Ithaca, NY, ISBN 1-55939-007-7, pp. 117.

Voir aussi


Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A2y%C3%A2.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu