Physio-anatomie du Hatha Yoga

Les diverses postures sont nommées âsanas et leur exécution impeccable nécessite une complète présence au geste ainsi qu'un patient engagement, pour coordonner l'ensemble des éléments qui y sont mis en jeu.



Catégories :

Discipline connexe à la gymnastique - Santé - Yoga

Recherche sur Google Images :


Source image : cartoonstock.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Si vous contractez les muscles du bas ventre pour faire pression de bas en haut sur l'estomac, ... Asana veut dire posture stable et ferme. Lentement avec la conscience et la.... Cette contraction soudaine de l'abdomen force le diaphragme à remonter vers la... Hatha Nauli krya Yoga Marcello. BASTI ou MOOLA SODHANA... (source : vanidevi.canalblog)

Principes

Posture de la table à deux pieds.
Posture du guetteur.

Les diverses postures sont nommées âsanas et leur exécution impeccable nécessite une complète présence au geste ainsi qu'un patient engagement, pour coordonner l'ensemble des éléments qui y sont mis en jeu. Le Hatha Yoga nécessite une implication physique, le corps devenant un laboratoire où sont vécus en direct les réussites comme les échecs. Les opposants au Hatha Yoga estiment que les prouesses corporelles sont en totale contradiction avec les objectifs d'humilité et d'harmonie que la tradition du yoga a tracé depuis des millénaires ; ils estiment le péril tel qu'au lieu de finalement dissoudre l'égo, l'énergie accumulée à travers les exercices tendrait au contraire à le renforcer.

La coordination avec la respiration

Le diaphragme.
Respecter l'ordre d'un enchaînement de postures nécessite de la concentration, et incite le pratiquant à s'interroger sur la logique du fonctionnement de la mécanique corporelle. Certains apprentissages de base nécessitent plusieurs mois.
Le yoga pose deux règles simples pour la synchronisation respiratoire lors des enchaînements dynamiques, de prédilection :
  • inspirer dans une posture d'ouverture,
  • expirer dans une posture de fermeture.
Tout en facilitant un meilleur fonctionnement du diaphragme, l'attention portée au souffle aide à diminuer le flux des pensées.

L'assouplissement

Conserver ou récupérer une capacité d'amplitude dans les mouvements change énormément d'une personne à l'autre, selon, par exemple : l'âge, le mode de vie, et d'éventuelles pathologies (traumatisme ou rhumatisme), etc. Sur une même personne, elle peut fluctuer d'une articulation à l'autre, ou selon la latéralité.

Le renforcement musculaire

Uttanasana.
Une fois passée la période de la petite enfance (4-5 ans), le mode de vie actuel n'entretient plus suffisamment la musculature, qui tend à s'affaiblir. Il y a par conséquent un entretien à mettre en place favorisé par le travail postural.
Deux sortes de contractions peuvent être mises en jeu :
Paschimottanasana.
  • Les contractions statiques :
Une fois la posture installée comme dans Paschimottanasana[1], il n'y a plus de mouvement, et son maintien demande une contraction musculaire sélective. Le maintien lui-même et la présence à la posture vont précisément affiner, ajuster le geste, et libérer les tensions inutiles. En bout de ligne, le terme âsana devient synonyme d'aisance, comme se plaisait à le souligner Alain Daniélou. [2]
  • Les contractions dynamiques :
Elles se rencontrent dès qu'il y a mouvement, les contractions musculaires peuvent entraîner ou freiner des mouvements. Ainsi dans une flexion avant de type uttanâsana[3], la contraction des extenseurs de hanche provoquera la remontée du buste, et ces même extenseurs, pour contrôler la descente, se laisseront étirer lors de leur contraction.

Territoire d'élection des postures

Olécrâne.

Limitation ostéo articulaire

L'engrènement des surfaces articulaires et les butées osseuses limitent les amplitudes de mouvement. Il y a par conséquent des différences notoires entre les participants du fait de leur morphologie.

Le muscle

Il est à la fois contractile et élastique. Si dans une posture un muscle est étiré, un certain allongement se produit, qui peut être durable. La majorité des muscles du corps peuvent devenir des entraves au mouvement, soit parce que leur enveloppe (aponévrose) est rétrécie, soit parce que leurs fibres sont dans un état de contraction musculaire (tonus) trop important et s'opposent aux étirements ; le stress entraîne fréquemment une contraction rémanente qui devient inconsciente et permanente (épaules hautes, mâchoires serrées).

L'articulation

Capsule scapulohumérale.
Posture du chien tête en bas.
Le cartilage est un tissu conçu pour protéger l'os qu'il recouvre. Si les contraintes qu'il reçoit dépassent son seuil de résistance, il peut être lésé : aminci ou fissuré.
Les tissus qui entourent directement l'articulation : les capsules et les ligaments, assurent passivement le maintien des articulations tout en donnant la possibilité les mouvements propres à chacune.
Ces tissus sont , pour la majorité, peu élastiques (c'est-à-dire que si on les déforme en les distendant, ils ne reprennent pas ensuite leur longueur d'origine). Ils doivent être respectés comme tels. En effet, ils sont riches en nerfs sensitifs. Ce sont eux qui informent le cerveau de leurs éventuels étirements lors des mouvements.

États du muscle dans la posture

Dans une posture, le muscle peut se trouver dans trois états :

Agoniste et antagoniste.

La détente

Pour un relâchement optimal du muscle, il faut que l'articulation mobilisée ne soit ni en besoin de maintien, ni en risque de luxation. La posture classique de relaxation est Savasana.

L'étirement

Lorsqu'il est actif, l'étirement éloigne les points d'insertion du muscle dans la limite d'une impression bénéfique, sans rapport avec la sensation de déchirement ou de brûlure. Cette situation amène un assouplissement, si le rythme de l'exercice est lent.

La contraction

Quand le muscle se contracte, il tente de rapprocher ses points d'insertion. En réalité, fréquemment lors de sa contraction le muscle subit un étirement latent, soit par son antagoniste, soit par la gravitation. Lorsque le muscle agoniste se contracte, automatiquement son antagoniste (qui produit le mouvement contraire) se détend.

Notes et références

  1. La posture de l'Ouest
  2. Alain Daniélou, Yoga, Méthode de réintégration, Ed. L'Arche, Paris, 1997.
  3. Posture du grand étirement

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Physio-anatomie_du_Hatha_Yoga.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu