Prajna

Prajñā ou prajna en sanskrit, paññā en pali, fréquemment traduit par «sagesse transcendante», ou même «gnose», est une notion principale du bouddhisme.



Catégories :

Concept bouddhique - Terme sanskrit

Recherche sur Google Images :


Source image : theartofcalligraphy.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • La prajna sert à désigner cette sagesse, fruit des pratiques bouddhiques, qui résout les ... C'est la connaissance de notre propre esprit au-delà des attachements.... La prajna est aussi l'une des trois vertus des bouddhas (les deux autres... (source : nichiren-etudes)
  • La prajna sert à désigner par conséquent cette sagesse bouddhique, fruit des pratiques et des ... La prajna est l'une des trois vertus des bouddha (les deux autres étant le ... de la pratique personnelle et l'adaptation à autrui soit propre à Nichiren.... (source : miaofa)

Prajñā ou prajna en sanskrit, paññā en pali (ti : shes rab ; ch : ??, bōrĕ/bānruò), fréquemment traduit par «sagesse transcendante», ou même «gnose», est une notion principale du bouddhisme. Le terme veut dire à l'origine «capacité cognitive» ou «savoir-faire». Il sert à désigner dans le bouddhisme la capacité de percevoir le phénomène de coproduction conditionnée, mais aussi l'absence de soi propre (anatta) et le vide (sunyata) de toute chose. C'est une vision aiguë qui permet d'atteindre la «sagesse transcendantale» (jnana), qui comme son nom l'indique transcende l'esprit propre (moi individuel, personnalité) dans ce qu'il a de fragmenté et d'étriqué pour permettre une compréhension nouménale du phénoménal.

Sources dans le canon

Dans les Sikkha suttas [1] de l'Anguttara Nikaya du canon pali, paññā est décrit par Gautama comme élément d'un processus en trois parties qui mène à la libération, et comme la compréhension des quatre nobles vérités.

Dans les sutras mahayana prajñā-pāramitā, comme le Sutra du Cœur, prajna est le principal moyen, qualifié d'«inégalé» et d'«insurpassable», pour parvenir à l'illumination et atteindre le nirvāna en révélant la vraie nature des choses. C'est la sixième des vertus paramitas.

Dans le Sutra du Cœur on parle quelquefois de «pratique» de la prajna. Selon l'interprétation des courants chan et zen, et spécifiquement les rédigés attribués au sixième patriarche Huineng, c'est un engagement «sans choix» dans le cours des choses, qui consiste à participer au monde (au contraire de une méditation repliée sur soi) en conservant une constante équanimité.

Explication imagée

Deux métaphores expliquent en quoi cette nature propre qu'est la prajna se distingue de l'esprit propre, aggrégat de skandhas :

Prajna et méditation

La pleine conscience de la prajna est un mouvement mental subtil éclairant les erreurs de l'esprit propre. C'est un processus naturel correspondant à la croissance intérieure de l'individu, qui doit se produire spontanément et ne peut être formalisé pour l'enseignement. Cependant, pour des raisons pédagogiques, certains enseignements respectant les traditions considèrent cinq aspects dans la prajna :

Citations

Références

  1. (AN 3 :88 and 3 :89) Nyanaponika & Bodhi (1999), pp. 69-71; Thanissaro (1998a) ; Thanissaro (1998b)
  2. Prajñānanda, revue Bodhi n°3, 1984

Voir aussi

Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Prajna.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu