Rāmāyana

Le Rāmāyana qui veut dire en sanskrit «le parcours de Râma» est la plus courte des épopées de langue sanskrite composées entre le III e siècle av.



Catégories :

Texte de l'hindouisme - Littérature indienne

Recherche sur Google Images :


Source image : stateofkerala.in
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • VALMIKI Le Râmâyana de Vâlmiki, traduit en français par A. Roussel.... Grande épopée sanskrite, le Râmâyana vâlmîkien est divisé en sept kânda ou livres : Bâla, ... Le sujet en est une très ancienne légende qui raconte l'histoire de Rama, ... la littérature qui dérive du Râmâyana est énorme et inclut, ... (source : edition-maisonneuve)
  • Avec le Mahâbhârata, le Râmâyana est l'autre grande épopée indienne ; si le premier est une Iliade, le second est une Odyssée. Le noble Râma, incarnation de ... (source : alapage)
  • Livraison gratuite sur l'ensemble des livres en allant sur Fnac. com.... ce texte essentiel de la civilisation indienne conte l'histoire de Râma, l'un des avatars de ... Le Râmâyana est , avec le Mahâbhârata, l'autre grande épopée indienne.... (source : livre.fnac)

Le Rāmāyana (?????? en sanskrit) qui veut dire en sanskrit «le parcours de Râma» est la plus courte des épopées de langue sanskrite composées entre le IIIe siècle av. J. -C. et le IIIe siècle de notre ère. Constitué de sept livres et de 24 000 vers, le Râmâyana est , avec le Mahâbhârata, l'un des rédigés fondamentaux de l'hindouisme et de la civilisation indienne.

Origines et contenu

Le Rāmāyana débute bien après l'apparition de Rāma par la plainte de la Terre dévastée qui, sous la forme d'une vache, s'adresse à Vishnou et le met en face de sa responsabilité.

Le Rāmāyana raconte l'apparition et l'éducation du prince Rāma qui est le septième avatar du dieu Vishnou, la conquête de Sîtâ et son union avec elle . L'œuvre raconte aussi l'exil de Rāma, l'enlèvement de Sîtâ, sa délivrance et le retour de Rāma sur le trône.

Lorsqu'il est écarté du trône de son père (tandis qu'il en est l'héritier légitime), Rāma s'exile d'Ayodhya, accompagné par Sîtâ et son frère Lakshmana. Puis Sîtâ est retirée par le démon Râvana et emprisonnée à Lankâ (qu'on identifie le plus souvent à l'île de Sri Lanka, mais que certains auteurs comme Louis Frédéric placent plutôt sur l'une du groupe des sept îles - peut-être la Heptanesia de Ptolémée - qui sont à l'origine de la ville de Mumbai). Après une longue et pénible recherche, Rāma la délivre avec l'aide d'Hanuman, général de l'armée des singes. Râvana est tué par Rāma qui récupère ensuite son trône et gouverne son royaume avec une grande sagesse.

Dans la partie qui forme certainement un ajout rédigé à une époque ultérieure, Sîtâ est accusée par la rumeur publique d'avoir commis un adultère au cours de sa captivité. Quoiqu'elle soit innocente, elle quitte Rāma en emmenant ses fils avec elle et est recueillie par l'ermite Valmiki (on pense qu'il s'agirait du véritable auteur du Rāmāyana). Après plusieurs années, cette injustice étant réparée, Sîtâ retourne avec Rāma.

Le Râmâyana comprend sept livres :

  1. Bala Kanda ou le Livre de la Jeunesse
  2. Ayodhya Kanda ou le Livre d'Ayodhya
  3. Aranya Kanda ou le Livre de la Forêt
  4. Kishkindha Kanda ou le Livre de Kishkindha (le royaume des singes)
  5. Sundara Kanda ou le Livre de Sundara (un autre nom d'Hanuman)
  6. Yuddha Lanka Kanda ou la Bataille de Lanka
  7. Uttara Kanda ou le Livre Au-delà

Lecture critique

Le Rāmāyana contient de nombreux récits védiques mais il n'est pas exclusivement religieux. Il contient en effet aussi des récits légendaires, mythiques ou cosmogoniques (formation de la Terre vue par les brahmanes). Sa récitation a valeur de dévotion dans la religion brahmanique et certaines de ses scènes sont reprises comme dans le théâtre dansé de l'Inde du Sud appelé kathakali.

Il demeure toujours particulièrement populaire, non seulement dans l'Inde actuelle, mais également en Indonésie, et son histoire est beaucoup connue dans le reste de l'Asie du Sud-Est (Cambodge, Thaïlande, Malaisie, Birmanie, Laos... ) grâce aux nombreuses traductions en langues vernaculaires ainsi qu'aux recensions dont la plus célèbre est celle du poète indien Tulsi Das qui date du XVIe siècle.

La version khmère du Ramayana est nommée Rāmakerti ("gloire de Rama").


Français

Autres langues

Liens externes


Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A2m%C3%A2yana.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu