Saṃsāra

Le saṃsāra est le cycle des existences conditionnées, c'est-à-dire les états de l'existence sous l'emprise de la souffrance, de l'impermanence et de l'ignorance.



Catégories :

Concept bouddhique - Principe philosophique de l'hindouisme - Monde indien - Terme sanskrit

Recherche sur Google Images :


Source image : youlicense.com
Cette image est un résultat de recherche de Google Image. Elle est peut-être réduite par rapport à l'originale et/ou protégée par des droits d'auteur.

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Il a ainsi adopté le cycle des réincarnations (sa ? sara), qu'il réinterprètera... Ces trois caractéristiques de l'existence conditionnée sont universelles, ... (source : reiki-colmar)

Le saṃsāra (????? terme sanskrit signifiant «ensemble de ce qui circule», d'où «transmigration» ; en tibétain khor ba, ou Khorwa ཁོརཝ) est le cycle des existences conditionnées, c'est-à-dire les états de l'existence sous l'emprise de la souffrance, de l'impermanence et de l'ignorance. Ces états sont conditionnés par le karma.

D'une manière moins juste mais plus simple, le saṃsāra est le cycle des vies, de renaissance en renaissance.

Ce terme existe dans l'hindouisme, le bouddhisme, le jainisme, le sikhisme et des religions proches.

Cycles

Le samsâra renvoie à la détermination historique du présent, en ce que le moment actuel se forme des conséquences du passé, surtout des actes karmiques, à commencer par la pensée. Ce modèle implique une succession de cycles énonçant une détermination complexe, de nombreux facteurs coopérant : ce modèle est celui de la coproduction conditionnée. Ce terme sert à désigner le cycle illimité des renaissances. Les hommes naissent, meurent et renaissent sans cesse dans un cycle illimité : le samsâra. Enchaîné au samsâra, auquel il ne peut s'échapper, l'homme souffre en vain. C'est assis sous l'arbre de l'éveil que Bouddha se remémora ses vies antérieures et qu'il prit conscience du samsâra. L'objectif même du bouddhisme étant la cessation de la souffrance, la pratique doit mener à un état de cessation de cette souffrance universelle, le nirvana. C'est seulement quand on a atteint le nirvana qu'on peut se libérer du samsâra. La condition dans laquelle on renaît dépend de nos vies passées et de nos actes présents, avec le phénomène du karma.

Mondes

Voir Loka. Le saṃsāra se comprend aussi dans le cadre de la cosmologie bouddhique  ; il est habituellement décrit comme composé de trois mondes :

Les mondes correspondent pour la majeure partie à des états d'existence (et par conséquent à des états d'esprits).

Le saṃsāra dans l'hindouisme

Dans l'hindouisme, samsâra signifie :

  1. cours commun de rivières après leur confluent ;
  2. mouvement circulaire de la conscience divine dans l'espace et le temps (selon shrî Aurobindo)  ;
  3. ronde des naissances et des morts (selon swâmî Râmdâs), réincarnations successives (selon swâmî Vivékânanda)  ;
  4. la vie dans le monde de la multiplicité (selon Râmana Maharshi)  ;
  5. le monde (selon shrî Râmakrishna) [1].

Le saṃsāra dans le bouddhisme

Le saṃsāra est le cycle de renaissance et de souffrance dans lequel sont pris les êtres non éveillés. Ce cycle est sans commencement dans le temps, il se perpétue par l'accumulation du karma couplée à la soif d'existence, et s'achève pour chaque être dès que le nirvāna est atteint. A la différence des autres philosophies indiennes, ce n'est pas une "âme" qui parcourt le saṃsāra, chaque être n'étant qu'un processus impersonnel : ce n'est "ni le même, ni un autre" qui renaît. Tandis que le bouddhisme theravāda oppose saṃsāra et nirvāna, le Mahāyāna affirme leur identité ultime.

Le saṃsāra dans le jainisme

Dans le Jaïnisme, le Samsara est la vie caractérisé par une renaissances et réincarnations dans divers domaines de l'existence. Il est décrit comme la banale existence, pleine de souffrance et de la misère et , donc, il est reconnue comme indésirable et la valeur de renonciation. Le Samsara est sans commencement et l'âme se trouve dans la servitude à son karma depuis commencement des temps. Moksha est l'unique libération du samsara.

Notes et références
  1. Jean Herbert et Jean Varenne, Vocabulaire de l'hindouisme, Dervy, 1985, p. 89.

Voir aussi


Recherche sur Amazone (livres) :




Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Sa%E1%B9%83s%C4%81ra.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 27/08/2009.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu